12 mars 2011

Hymne à l'amour...


De par l'actualité, je me suis récemment demandé ce que représentait le fait d'être français, c'est-à-dire d'être lié juridiquement par la même nationalité que Molière, Voltaire et tant d'autres encore. Ce qui me frappe dans l'inutile débat que certains partis politiques ont lancé, c'est tout d'abord cette façon de chercher (délibéremment ?) une mauvaise origine à tous les malheurs qui sont sensés accabler le pays... Alors que le pessimisme règne sur la France, ses femmes n'ont jamais donné naissance à autant d'enfants qu'aujourd'hui. Etrange paradoxe. C'est sans doute ce trait de caractère si particulier à notre pays qui fait sa singularité cartésienne. Malgré cette facilité à peindre de noir l'avenir, nous l'envisageons avec dignité et discernement. Par ailleurs, c'est également dans ce refus de l'adversité que les Français trouvent sans relâche la force de s'investir et se battre pour des causes que beaucoup d'autres Européens jugeraient désespérées. Le Français de base peut perdre une bataille certes, mais il se refuse tout simplement à perdre la guerre, qu'elle soit contre l'oppression d'un gouvernement, de droite comme de gauche, ou encore contre l'invasion par une nation ennemie. L'Histoire de notre pays est ponctuée de dates qui commémorent cette capacité de se mobiliser : 1789, 1792, 1830, 1848, etc. Jusqu'à nos jours, la liste est longue. Cette attitude est souvent interprétée, à tort, par nos voisins comme une forme d'attitude hautaine et présomptueuse. Qui plus est, l'attachement que nous avons pour les valeurs, les symboles et le drapeau de notre République témoigne bien souvent de cet Amour sacré de la Patrie souvent mal compris au-delà de nos frontières...



Oui, nous aimons longuement nous attabler, même pendant le déjeuner, pour partager un repas entre amis, collègues, ou bien avec notre famille. Cette tradition constitue le charme unique au monde et typiquement français des brasseries et cafés qui pullulent à Paris et aux quatre coins de l'Hexagone. Oui, nous faisons grève assez souvent mais nous obtenons le soutien de nos compatriotes dans la majorité des cas, même si ceux-ci peuvent être extrêmement gênés par la fermeture des écoles ou l'absence de trains et de métros. Oui, nous voulons défendre coûte que coûte l'égalité entre nos citoyens fortement épris de justice sociale, même si la plupart d'entre nous cherche à obtenir ses propres petits avantages par le biais de ses relations. Oui, notre sport national consiste à râler contre tout et n'importe quoi, en particulier contre la lenteur de l'administration et celle des services publics, mais nous restons bien souvent attachés au symbole d'un Etat fort et centralisé. Oui, nous penchons parfois vers l'irrésistible mouvement libéral qui prône un abaissement de la fiscalité et de nos impôts, qu'ils soient sur le revenu, le patrimoine ou les capitaux, tout en voulant plus de crédits et de subventions pour notre système de santé, pour l'éducation de nos enfants et pour le développement durable. Oui, vous l'aurez compris, nous Français, sommes des êtres remplis de paradoxes et de contradictions. Néanmoins, à l'image du célèbre cogito ergo sum, nous aimons à penser et à remettre perpétuellement en question les choses. Et de manière plus générale, nous ne supportons pas non plus de nous sentir privés de notre Liberté, liberté chérie et de notre esprit critique...


Depuis toujours, cette France est notre France. A tous, que vous soyiez Français de nationalité, Français de coeur ou Français de langue ou de culture. Notre héritage est inouï. De par la vie intellectuelle qui a vue le jour sur nos terres, de par la gastronomie qui s'éveille à chaque coin de rue, de par l'histoire qui s'échappe de monuments parfois plus que millénaires. Cet héritage est aussi immatériel par notre manière d'être, de manger, de boire, d'échanger, de partager, et tout simplement de vivre. C'est ici, par exemple, dans notre pays, que les femmes ne prennent pas de poids. C'est aussi ici que le monde entier tourne ses les yeux vers Paris lors d'expositions, de sommets ou de semaines consacrées à la mode. Et c'est encore et toujours ici dans les campagnes, provinces et terroirs que les touristes, mais aussi et d'abord les Français, aiment flâner et admirer les beautés d'un paysage qui s'étend sur les cinq continents, réunissant aussi bien une jungle tropicale que des barrières de corail. Qu'il s'agisse de la métropole ou de l'outre-mer, de l'hémisphère boréal ou de l'hémisphère austral, les Français sont à l'image de ces paysages : riches de leur diversité, généreux dans leurs origines, singuliers dans leur caractère et uniques dans leur apparence... Au final, point besoin de débat pour s'approprier la réelle signification de la nationalité française. Gageons que nos politiciens comprennent le message et se rendent compte qu'il existe des sujets plus urgents à traiter et des débats qui requièrent plus d'énergie. Car tout simplement, la France ne peut pas réellement s'expliquer. Et encore moins se débattre. Et c'est dans cet aspect que repose toute sa force et sa singularité...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

joli résumé, dommage que tout ces français qui pensent comme toi aient souvent honte de le dire.
Luc

Jean-Jacques a dit…

né de père et mère français, mes quatre grands parents étaient originaires de Hongrie, de Pologne, d'Alsace et d'Italie. Ils ont tous en commun d'être morts emportés par la Shoah. Et je me sens français jusqu'au bout des ongles, avec nos défauts et nos qualités que j'assume. J'ai vécu en Afrique, au Moyen-Orient et aux USA et je suis fier d'être français, même si parfois depuis quelques temps j'en ai un peu honte. Nous avons un pays merveilleux et un héritage d'une richesse inouïe. Ta chronique est excellente, je la suis depuis des années.

J.J. 64 ans, Vélizy-Villacoublay