25 mai 2009

Simples "distractions"...



L'été semble pointer le bout de son nez. Les arbres ont retrouvé leurs feuilles et les fleurs s'épanouissent sous les rayons du soleil. Certes les allergies au pollen s'en donnent aussi à coeur joie, mais les garde-robes ont enfin pu troquer les manteaux d'hiver et les pull-overs contre les tee-shirts et les débardeurs... On en oublierait presque que nous ne sommes pourtant que fin mai, et que s'annonce déjà les prémices d'un été sans doute caniculaire, avec des températures qui ont déjà atteint 34°C à Grenoble ou Monaco ! Dans un tout autre registre, le retour des beaux jours coïncide étrangement avec les traditionnelles gayprides qui donnent une image bien triste de la communauté homosexuelle... Tout d'abord, je n'ai jamais apprécié le fait de catégoriser une partie de la population, qu'il s'agisse de différences physiques, sexuelles, ethniques, ou religieuses. Et pour avoir "participé" à deux reprises à la Gaypride de Bruxelles, je trouve que cette démonstration ne rime à rien, si ce n'est à choquer quelques âmes sensibles à la vue de deux femmes ou de deux hommes se tenant la main, mais aussi à exténuer les oreilles des riverains, au rythme assourdissant de musique électronique entêtante... S'en suit bien entendu le reportage traditionnel présenté au journal de 20 heures à la télévision ; lequel nous offre son lot de transexuels, de travestis, de drag queens, et autres énergumènes en tout genre, qui ne font qu'agrandir un fossé parfois grand, dans l'esprit de bon nombre de personnes, entre l'image et la réalité...


A écouter TF1 ou M6 - mais aussi bon nombre de Français habitant au fin fond de la campagne - pour être gay, il faut aimer faire la fête jusqu'à l'aube tous les jours de la semaine, avoir d'excellents goûts tant en décoration intérieure qu'en oeuvres d'art, s'extasier devant le génie des réalisateurs des films d'art et d'essai, être en admiration devant la dernière collection printemps/été de Dior ou Chanel, gagner au minimum 5.000 euros par mois, et bien sûr, passer la plupart de son temps à ne penser qu'à l'appel de la chair et à la luxure démesurée... Fort heureusement, même s'il existe effectivement des hommes répondant à toutes ces catégories énumérées - parfois toutes se retrouvent même en une seule personne - il serait bon d'insister, au cours de ses fameux reportages, sur le fait que la plupart des homosexuels sont des gens tout à fait ordinaires, qui mènent la vie du commun des mortels... Malheureusement, même la presse écrite, notamment avec un magazine comme Têtu, contribue à véhiculer une image négative de cette "communauté" : est-il nécessaire de présenter, tous les mois en couverture, un homme à moitié nu, exagérément UVisé, et excessivement musclé pour attirer l'oeil et faire vendre ? Bien souvent, cette revue se retrouve sur la dernière étagère des librairies de quartier, alors que le magazine en lui-même est loin d'être un ouvrage pornographique ! La presse à scandales reste beaucoup plus vendeuse, avec ses titres intriguants, et son prix alléchant d'un euro ou un peu plus...


En parlant de scandale, revenons sur la consommation présumée de cocaïne par l'un des espoirs du tennis français. Certes la pratique est plus que condamnable, mais l'acharnement médiatique n'en est que regrettable alors que l'affaire est toujours en cours de développement... Heureusement en l'espace de quelques jours, les journalistes se sont apparemment rendus compte qu'ils en avaient, sans aucun doute, fait un peu trop, et ils ont laissé la place à l'ouverture du tournoi de Roland-Garros, porte d'Auteuil. L'endroit est connu pour être de longue date, le lieu où il faut voir et être vu, surtout lors des finales du simple messieurs et du simple dames, quitte à griller littéralement sur place dans des gradins exposés en plein soleil tout l'après-midi... En bref, il est toujours aussi anecdotique de voir que tout un pays semble avoir les yeux rivés sur quelques courts de tennis, alors que la majorité des Français ne s'intéressent à ce sport que lors de deux semaines par an, bien qu'ils n'aient que faire des performances (ou des contre-performances) réalisées par les joueurs français et internationaux le reste de l'année... A peine deux mois plus tard, se déroule le tournoi sur gazon de Wimbledon, à Londres, qui n'attire pas du tout les foules - du moins derrière le petit écran - ni même France Télévisions qui nous fait pourtant rapidement tourner à l'indigestion de matchs sur terre battue chaque année. Finalement, le tennis et les homosexuels, on en parle une fois par an avec une image quelque peu biaisée, et basta !

09 mai 2009

Embouteillages en vue...


Le réseau de transports en commun de la capitale belge est extrêmement mal adapté pour une ville qui compte moins d'habitants que Paris mais sur un territoire beaucoup plus vaste. Le faible nombre de lignes de métro ne fait qu'accentuer les problèmes. Aux heures de pointe, les bus se retrouvent coincés dans les embouteillages, les tramways sont eux aussi souvent bloqués par des voitures empiétant sur leurs voies, et la régularité et la fréquence des transports est catastrophique d'une manière générale. Demandez un peu à quelques utilisateurs combien de temps ils ont pu attendre un tram, un métro, ou un bus ? J'espère que les politiques belges auront la décence de voter massivement la construction rapide de nouvelles lignes de métro surtout sur un axe Nord-Sud, mais aussi une autre ligne de rocade sur la Grande Ceinture, sans oublier que la STIB devrait améliorer radicalement les fréquences des différents moyens de transports, et repenser totalement sa communication qui ne mérite rien d'autre qu'un zéro pointé... Forcez un peu les Belges à abandonner leurs voitures et donnez leur l'envie d'utiliser des transports en commun rapides et confortables ! De même, il serait bon de rénover les stations de métro dans d'autres coloris que l'orange, le marron, et le gris, pour changer l'ambiance déprimante qui règne à l'intérieur de la plupart des stations ! Quid d'une station Schuman bleue avec des frises colorées rappelant l'histoire de la construction européenne ? Ou encore une station Parc verte, décorée d'arbres, recréant l'ambiance du magnifique Parc Royal ?




Tous ces problèmes de mobilité à Bruxelles ne m'ont pas empêché de perdre près d'une heure aller, puis une heure retour, pour me rendre à l'extrême Nord de la capitale, afin de visiter les Serres Royales de Laeken, véritables bijoux d'innovation architecturale à l'époque de leur construction ! Mélange harmonieux de verre et d'acier, elles font partie intégrale du Domaine Royal belge et ne sont ouvertes que trois semaines par an, d'environ mi-avril à début mai... Dès lors, inutile de vous préciser qu'il se forme parfois de longues files d'attente aux grilles du Palais royal ! La visite n'est certes pas gratuite, mais les fonds récoltés sont intégralement consacrés à des oeuvres caritatives... Revenons-en aux Serres : à proprement parlé, il s'agit plus d'un gigantesque complexe de pavillons, de galeries, et de rues couvertes, qui abritent une collection de palmiers, d'orangers, de fougères, d'azalées, de fuschias, d'oiseaux de paradis, ou encore d'autres plantes rares d'une valeur inestimable, dont certaines furent ramenées d'expéditions au Congo belge, sous Léopold II, à la fin du XIXème siècle... S'il vous prend l'envie de tenter l'expérience de cette visite, il est bon de savoir que non loin de là se trouvent aussi deux autres curiosités que renferme Bruxelles : le Pavillon chinois et la Tour japonaise. Ces constructions sont assez dépaysantes, et leur visite par temps ensoleillé vous emporterait presque en Asie le temps de quelques heures, tant il est tout à fait inhabituel de croiser ce genre d'architecture en Europe occidentale !



Pour en revenir aux problèmes de la mobilité à Bruxelles, je voudrais aussi souligner la grande dangerosité de traverser une rue à Bruxelles, surtout face à la grande nervosité de conducteurs qui se croient tout-puissants au volant de leur tout-terrains, absolument inutiles en ville, et de leurs grosses cylindrées polluantes. Même si un piéton a la priorité, il se fera bien souvent klaxonner ou insulter car il ne traverse pas assez vite au goût du conducteur, ou bien parce qu'il n'avait qu'à attendre de se jeter sous une autre voiture pour franchir un passage protégé... Si vous préférez développer vos cuisses plus rapidement, le fameux concept du Vélib' parisien vient de franchir la frontière et s'exporte à Bruxelles sous le nom de Villo. Cependant même s'il dispose de quelques stations à Saint-Gilles et Anderlecht, il est encore vraiment trop limité à Bruxelles-Ville. Il doit être développé intensément, rapidement, et uniformément dans toute la région de Bruxelles-Capitale pour connaître le même engouement qu'à Paris, sous peine d'un fiasco retentissant qui lui pend déjà au nez, malheureusement... Avec des transports en commun ayant bien du mal à conjuguer rapidité et efficacité, de nombreuses voitures s'entassant dans des embouteillages monstres, et une part accordée aux vélos réduite à peau de chagrin, le bilan est bien négatif pour la capitale de la Belgique et la capitale d'une Europe qui se veut être à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique : à quand une vraie prise de conscience qu'il y a urgence à agir et à changer les comportements des populations, sous peine d'une paralysie de la ville, mais aussi de l'économie de tout un pays ?