09 septembre 2008

A toi Mamy...


Née le 26 novembre 1925, à Dizy-Magenta, elle était celle qui passa de nombreuses heures à mes côtés, parfois même des jours entiers à veiller sur moi comme seules les femmes savent veiller sur leurs enfants et leurs descendances. Quatre femmes ont particulièrement compté pour moi durant mon apprentissage de la vie : ma mère, ma nourrice, ma marraine, mais aussi et surtout ma grand-mère maternelle.

Il y a des moments passés à ses côtés que je n’oublierai jamais. Ces instants éternels que l’on ne voit qu’à travers des yeux innocents : ceux d’un enfant. Ta présence quasi-hebdomadaire et plus particulièrement lors des Noëls passés en ta compagnie, ta générosité pour les cadeaux offerts lors des grandes occasions, ta patience devant les parties interminables de Monopoly ou de jeu de l’oie, ta gentillesse lors des fins d’après-midi où nous allions tous les deux à la boulangerie pour m’y acheter des choux recouverts de pépites de sucre, ta passion pour la couture dont tu avais fait ton métier, et qui me permettait d’établir une véritable chasse au trésor, à la recherche des épingles tombées sur le sol, ta boisson préférée composée d’un grand verre d’eau anisée et de deux glaçons, tes parfums et tes bijoux soigneusement alignés dans ta salle de bain, mais aussi ta vulnérabilité lors de tes crises d’asthme.

Même si tu n’étais déjà plus tout à fait la même depuis quelques années et que tu n’es plus là aujourd’hui, je garderai à l’esprit tout le meilleur que tu as pu m’offrir. Tu n’as pas disparu de ma vie, ni des albums photos lorsque ton cœur a cessé de battre ce jeudi 4 septembre 2008. Tu as été la grand-mère dont beaucoup rêveraient, je te dis au revoir, mais tu resteras à tout jamais ma Mamy, et ça tu pouvais et pourras en être toujours fière.